18e siècle, 19e siècle, Oenologie, Vins français

ROZIER, Abbé Jean François – CHARPENTIER de COSSIGNY, Jean-François – (CHAPTAL, Jean-Antoine-Claude Comte de Chanteloup ) : « Mémoire sur la meilleure manière de faire et de gouverner les vins, soit pour l’usage, soit pour leur faire passer les mers.

68664

ROZIER, Abbé Jean François – CHARPENTIER de COSSIGNY, Jean-François – (CHAPTAL, Jean-Antoine-Claude Comte de Chanteloup ) : ” Mémoire sur la meilleure manière de faire et de gouverner les vins, soit pour l’usage, soit pour leur faire passer les mers. Ouvrage utile à tous les pays de vignoble, qui a remporté le prix, au jugement de l’Académie de Marseille, en l’année 1770″ Suivi de  “Observations sur L’Art de faire le vin par Mr J. A. Chaptal.

Paris, chez Ruault (et dans les villes de Lyon, Bordeaux, Dijon, Rheims, Montpellier, Marseille et Lille) – chez Gagnard, Lenormant et Martinet, 1772 et 1807, tous deux en EDITION ORIGINALE, réunion de 2 œuvres en 1 seul in-8, demi veau bordeaux, plats papier marbré, filets – guirlande – titre “traité sur les vins” et tomaison “3” dorés sur dos lisse, tranches mouchetées, reliure amateur de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, 350 – (3) – (1 bl.) pp et 16 – 107 – 1(bl.) pp.,

Pour le Rozier : 3 pl. dépliables représentant des instruments de vinification en fin de volume, bandeaux et culs-de-lampes, 1ére partie : “Quelle est la meilleure manière de faire et de gouverner les vins de Provence, soit pour l’usage, soit pour leur faire passer les mers ?”, 2e partie: “Dissertation sur les moyens employés pour renouveler une vigne”, 3e partie “Dissertation sur les usages économiques des différentes parties de la vigne” et 4e partie “Dissertation sur les vaisseaux propres à contenir, à perfectionner le vin, et sur les objets qui y ont rapport”, table des matières, Errata (fautes à corriger dans cet ouvrage)”.

Jean François Rozier (1734 – 1793) fut prêtre, savant botaniste et agronome, auteur du premier dictionnaire français d’agriculture. Il se retire à 35 ans dans sa propriété familiale de Sainte Colombe, près de Vienne et diversifie ses compétences dans le domaine de la vinification et l’histoire du vignoble français. Il est à remarquer que notre exemplaire comporte “l’Errata des fautes à corriger” tandis que pour les autres tirages celles-ci sont corrigées directement dans le texte !! L’auteur, dans ce texte, s’intéresse plus particulièrement à l’élevage et à la fabrication du vin mais aussi à la nature du terrain le plus favorable et le choix des cépages. Le temps des vendanges ainsi que le choix des cuves et des tonneaux de vieillissement. La nouveauté dans ce texte est sa préoccupation pour le transport des vins et surtout pour la traversée des mers ! Je reprécise la présente de l’Errata et celui-ci est en très bon état ! TRES RARE.

On peut considérer que notre exemplaire est une Edition Originale éditée à Paris (une autre était éditée à la même date à Lausanne !); la toute première édition date réellement de 1771 mais ne comporte que 88 pages alors que celle présentée ici en compte 354 

Pour le Charpentier de Cossigny : Avertissement, “Observations sur l’Art de faire le vin”, “Extrait du Mémoire de M. de Chancey, sur la fabrication des vins, et la manière de les gouverner”, Appendice, “Notes à ajouter à la lettre adressée à M. le Président de la première Classe de l’Institut National”, Errata.

Joseph-François Charpentier de Cossigny (1735 -1809) fut botaniste, député suppléant à la Constituante, directeur de la fabrication de la poudre à canon à Port-Louis. Grand voyageur, en autre en Chine, au Bengale et à Java. Il fut l’auteur de nombreux ouvrages techniques et correspondant de l’Institut National. Cet ouvrage fait une “critique” de l’ouvrage de Chaptal “L’art de faire le vin” et donne ses observations pour développer la théorie de Chaptal. La BNF indique pour cet ouvrage 103 pages, Mais notre exemplaire en comporte 4 de plus “Notes à ajouter à la lettre adressée à M. le Président de l’Institut National” ainsi que l’Errata !

Sur la page de titre il est indiqué, après le titre, “1 vol. in-8°, avec planches, 1807” … les planches indiquées correspondent à l’ouvrage de Chaptal et non à celui de Charpentier (celui-ci ne compote aucune planche !). RARISSIME.

Ce livre faisait partie de la Bibliothèque culinaire de Victor Michon (sa signature est présente sur la première blanche de l’ouvrage), qui fut l’un des plus grands cuisiniers du début du XXe siècle. Il fut formé aux fourneaux de sa mère. Aujourd’hui encore, le Prix Victor Michon au Concours International Gastronomique d’Arpajon. fait partie des titres dont s’honorent beaucoup de chefs “étoilés”. Cuisinier des Grands, il fut le cuisinier de l’Ambassade d’Autriche – Hongrie, située à l’Hôtel Matignon à Paris au moment de la Première Guerre mondiale. Il organisa le banquet de 3 000 couvert pour les fêtes russes, le menu offert au Roi des Belges par le président Félix Faure et le déjeuner d’Isabelle II de Castille. Mais ses recettes reflètent une cuisine à la fois bourgeoise et simple. Il présida au journal « Le cuisinier français » ainsi qu’à « L’académie Culinaire de France », créée en 1883. Sa bibliothèque privée comptait les plus grands noms de la gastronomie française : Grimod de La Reynière, Vincent La Chapelle, Jules Gouffé, Brillat-Savarin, Antonin Carême, Etienne, Urbain Dubois, Escoffier et bien d’autres dont celui-ci !

La mention sur la reliure “Traité sur les vins – tome 3” correspond à l’ensemble des ouvrages rares sur la vinification que monsieur Victor Michon à fait relier ensemble. Très bon état de la reliure; les trois planches sont en parfait état et le papier ne présente que quelques rousseurs éparses.                                                                                                                                                                                                                       3200€