BLANC, Nicole  –  NERCESSIAN, Anne. : «  La cuisine romaine antique. »

50

Coll. “Le verre et l’assiette”, Grenoble, éd. Glénat – Faton, août 1992, EDITION ORIGINALE, gd. in-4, cartonnage toilé noir éd., jaquette ill. coul. éd., 224 pp., papier glacé fort, très nb.

En stock

UGS : 69520 Catégories : , Étiquettes : , , ,

Description

69520

BLANC, Nicole  –  NERCESSIAN, Anne. : «  La cuisine romaine antique. »

Coll. “Le verre et l’assiette”, Grenoble, éd. Glénat – Faton, août 1992, EDITION ORIGINALE, gd. in-4, cartonnage toilé noir éd., jaquette ill. coul. éd., 224 pp., papier glacé fort, très nb. reproductions de documents anciens en coul. et en noir, cartes, sommaire, “le petit Apicius sans peine”, glossaire, poids et mesures antiques, dates des règnes des empereurs romains, bibliographie.

L’exposition « Pompéi » à découvrir cet été au Grand Palais, de même que celle du Musée de l’Homme « Dernier repas à Pompéi », programmée elle aussi jusqu’à fin septembre 2020, promettent une immersion dans la Rome antique. C’est cette même plongée dans la vie quotidienne des Romains que propose ce livre érudit, la gourmandise en prime. Retrouver les saveurs de la cuisine romaine, en dépassant l’image mythique et un peu défraîchie des langues de flamants roses farcies, telle est l’intention de Nicole Blanc et Anne Nercessian, docteurs en archéologie et passionnées de cuisine. Elles font appel à toutes les sources disponibles, sans s’arrêter aux analyses d’ossements et de pollens, a priori peu alléchantes. Elles s’emparent des écrits qui détaillent les spécialités régionales, décrivent les plats préférés de César ou Auguste, évoquent tel banquet mémorable. Elles explorent notamment le De re coquinaria, seul traité culinaire antique conservé, attribué au fameux Apicius, ce gourmet amateur de foie gras, contemporain de Tibère .Elles ont ainsi testé et adapté plusieurs dizaines de recettes qu’elles expliquent avec leurs proportions et temps de cuisson…

Les images de la vie quotidienne romaine, parvenues jusqu’à nous par la vaisselle d’argent ou de terre, les fresques représentant des victuailles, les enseignes de boutiques s’allient à l’archéologie, aux textes d’agronomie et à la poésie, pour illustrer de façon étonnamment vivante le recueil d’Apicius. On découvre la modernité des goûts et des modes de consommation. Les produits voyagent dans cet empire méditerranéen, proche de notre univers mondialisé. On fait venir des poissons salés du Maroc, on compare les huiles de Bétique et de Liburnie, les jambons de Cisalpine et ceux des Ménapiens, on préfère les grosses asperges de Ravenne, on connaît de nombreuses variétés de pommes et de poires, on recherche le fromage frais tout juste sorti de sa faisselle…L’antiquité gourmande émerge, avec ses plaisirs bucoliques, ses dégoûts, ses snobismes, ses régimes, ses manières de table, ses modes exotiques, des poètes et des empereurs. Superbe iconographie ancienne. Très bon état      50€