16e siècle, 19e siècle, Littérature / Arts

LUCRECE  (TITUS LUCRETIUS CARUS )  –  ( SANSON de PONGERVILLE, Jean-Baptiste ) : « De la nature des choses (de rerum natura). Complet des deux tomes en un seul volume. »  

69456

LUCRECE  (TITUS LUCRETIUS CARUS )  –  ( SANSON de PONGERVILLE, Jean-Baptiste ) : « De la nature des choses (de rerum natura). Complet des deux tomes en un seul volume. »

Paris, éd. Armand Le Chevalier, 1866, nouvelle édition corrigée, très fort in-8, demi chagrin vert à coins, plats papier moucheté dans les noir-blanc-jaune soulignés par des doubles filets dorés entre dos et coins, auteur et titre, caissons avec double filets, fleurons et arabesques dorés, pointillés dorés sur le dos à 5 nerfs, tranche de tête dorée, reliure du XIXe siècle, XL – 296 – (4) – (6) – 354 – (2) pp., avant-propos “réflexions sur le poème et le système de Lucrèce”, “vie de Lucrèce”, notes et tables pour les deux tomes, non rogné, texte en latin et traduction en français en regard, traduction du latin par Jean-Baptiste Sanson de Pongerville.

L’auteur Titus Lucretius Carus, Lucrèce, fut un poète et philosophe latin du Ier siècle avant Jésus-Christ (98 – 55). Il fut l’auteur d’un seul ouvrage en six parties, le “de rerum natura”. “Donner la plus grande force persuasive à la parole philosophique salvatrice, celle qui mène au bien et éloigne des maux, qui guérit des vaines peurs, celles des dieux et de la mort en particulier, tel est le projet de Lucrèce (Ier siècle avant J-C), qui compose en latin son célèbre poème, «De rerum natura », à la gloire d’Epicure et de sa philosophie. Exposé doctrinal d’une richesse exceptionnelle et oeuvre littéraire majeure, ce poème se donne comme une oeuvre totale, où le vrai s’allie au beau, et les séductions de l’imagination à la rigueur de l’analyse.” [Jean-François Balaudé. Primat absolu de l’intérêt individuel. L’essentiel est d’être heureux, c’est-à-dire que rien ne vienne troubler notre plaisir. Épicure fut dès la fin de l’antiquité présenté par les auteurs chrétiens comme un adepte de la débauche la plus extrême, bien loin de sa philosophie de la modération. Alors que l’épicurisme fut une des philosophies les plus influentes de l’Antiquité, ses livres disparurent faute de copistes.

Le « De rerum natura » paraît en France pour la première fois en 1514, avec un commentaire latin violemment hostile à la doctrine épicurienne, mais la diffusion de l’œuvre se fait essentiellement grâce à l’édition de Denis Lambin, professeur de littérature grecque au Collège royal, parue en 1564 à Paris. Lambin qualifie la philosophie de Lucrèce de « délirante et sur bien des points impie », mais il admire sa poésie. Ce livre est une ode à la douceur de vivre et souligne les plaisirs de la vie. La traduction du latin en français est de Jean-Baptiste Sanson de Pongerville (1782 – 1870) membre de l’Académie française et ancien conservateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et de la Bibliothèque Nationale à Paris. Bien complet des deux tomes. Très belle reliure du XIXéme siècle dans un très bel état. RARE. Très bon état de la reliure avec une très légère décoloration; quelques rousseurs éparses, jaunissement des bords non rognés.                                                                                                                 300€