18e siècle, Oenologie, Technique, Vins français

C… S… (François BRAC Fils) – LAVOCAT, Antoine. : « Le commerce des vins réformé, rectifié et épuré; ou nouvelle méthode pour tirer un parti, prompt et avantageux, des récoltes en vins.

68658

C… S… (François BRAC Fils) – LAVOCAT, Antoine. : « Le commerce des vins réformé, rectifié et épuré; ou nouvelle méthode pour tirer un parti, prompt et avantageux, des récoltes en vins. Ouvrage destiné spécialement aux seigneurs et curés des pays de vignoble, aux propriétaires et cultivateurs des vignes, aux marchands de vins de Paris, à ceux des autres villes du Royaume et généralement à tous ceux qui tiennent intermédiairement à ce commerce, ainsi qu’aux confommateurs mêmes. Les vues qu’il renferme, peuvent également et facilement s’appliquer au commerce des grains, des foins, des bois et de tous les produits de l’agriculture Suivi deLe Vigneron expert, ou la vraie manière de cultiver la vigne”. Ouvrage qui a concouru à l’Académie royale des Sciences, Arts et Belles Lettres de Nancy ».

Amsterdam et Lyon – Paris, et Nancy, chez Louis-Joseph Berthoud – chez Durand, rue Galande et chez Bonthoux, 1769 EDITION ORIGINALE et 1787, 2e édition, 1 vol. réunifiant 2 ouvrages, in-12, demi veau bordeaux, plats papier marbré, filets – guirlande – titre “traité sur les vins” et tomaison “2” dorés sur dos lisse, reliure fin 19e ou début 20e siècle, p

pour le Brac : (1) – 175 – (1 bl.) – (1) – 166 – 6 pp., bandeaux, culs-de-lampe et lettrine, Projet, Notes, Additions, Fautes à corriger au texte et aux Notes (errata), cachets de l’ancien propriétaire (page de titre et dans le texte);

François Brac (1725 – 1800) seigneur de la Perrière fut, comme son père avocat au Parlement de Paris et de Lyon. Ils étaient propriétaires du fief de la Perrière, sis à Saint-Lager, dans le vignoble du Beaujolais. Ce livre est du plus grand intérêt pour l’histoire des vignobles du Beaujolais. C’est un traité historique et surtout économique adressé aux propriétaires de cette région pour valoriser leurs vins. Une description des vins de première classe (Juliéna, Odenas, Quincié, Fleurie) avec leur historique. Il dénonce les abus des négociants parisiens qui “tripotent” les vins du Beaujolais (Oberlé – Fritsch).Bien complet des deux errata souvent absents ! RARISSIME.

pour Lavocat : (7) – 112 pp., bandeaux et culs-de-lampes, “A messieurs de la Société Royale des Sciences …”, Avertissement, Approbation.

Antoine Lavocat (1707 – 1788) est un ancien paysan qui développa son génie inventif. Il fut “receveur buraliste” au Bureau de Champigneulle et “mécanicien” à la Cour de Bruxelles auprès du Duc Alexandre de Lorraine, gouverneur des Pays-Bas. La première édition date de 1782. Notre exemplaire, la seconde édition, est aussi RARE que la première ! Un ouvrage très utile pour la plantation, la culture, les maladies de la vigne et les remèdes nécessaires pour la guérir ainsi que les moyens pour faire des profits et surtout plusieurs avis contre la fraude des trafiquants.

Inconnu des grandes bibliographies spécialisées.

Ce livre faisait partie de la Bibliothèque culinaire de Victor Michon, qui fut l’un des plus grands cuisiniers du début du XXe siècle. Il fut formé aux fourneaux de sa mère. Aujourd’hui encore, le Prix Victor Michon au Concours International Gastronomique d’Arpajon. fait partie des titres dont s’honorent beaucoup de chefs “étoilés”. Cuisinier des Grands, il fut le cuisinier de l’Ambassade d’Autriche – Hongrie, située à l’Hôtel Matignon à Paris au moment de la Première Guerre mondiale. Il organisa le banquet de 3 000 couvert pour les fêtes russes, le menu offert au Roi des Belges par le président Félix Faure et le déjeuner d’Isabelle II de Castille. Mais ses recettes reflètent une cuisine à la fois bourgeoise et simple. Il présida au journal « Le cuisinier français » ainsi qu’à « L’académie Culinaire de France », créée en 1883. Sa bibliothèque privée comptait les plus grands noms de la gastronomie française : Grimod de La Reynière, Vincent La Chapelle, Jules Gouffé, Brillat-Savarin, Antonin Carême, Etienne, Urbain Dubois, Escoffier et bien d’autres dont notre exemplaire !

La tomaison “2” s’explique par la réunion de trois volumes avec la même reliure, et reprenant la “crème” de l’œnologie du 18e siècle ! La signature manuscrite de l’ancien propriétaire, Victor Michon, figure sur la première blanche de cet ouvrage.

Très bon état de la reliure; très bon état du papier du Brac; le Lavocat présente des mouillures anciennes et quelques rousseurs ainsi que quelques petits manques de papier dans les marges mais sans toucher au texte !                                                                                                            5200€