avant 1950

ALI-BAB ( pseudo d’ Henri BABINSKI ) : “Gastronomie pratique. Etudes culinaires suivies du Traitement de l’obésité des gourmands.”

66367

ALI-BAB  ( pseudo d’ Henri BABINSKI ) : “Gastronomie pratique. Etudes culinaires suivies du Traitement de l’obésité des gourmands.

Paris, éd. Flammarion, 1912, deuxième édition, en partie originale, revue et considérablement augmentée, fort in-4, pleine basane prune avec texte doré sur dos et première de couv. éd., 636 pp., papier fort à coins arrondis, tranche de tête dorée, belle typographie, en frontispice un portrait de l’auteur assis à son bureau d’après le tableau d’Eugène CADEL, serpente conservée, table alphabétique.

Henri Joseph Séverin Babinski, (2 juillet 1855 – 20 août 1931), connu sous le pseudonyme d’Ali-Bab, fut un ingénieur des mines, gastronome et écrivain. Henri Babinski était le fils d’un ingénieur polonais émigré à Paris en 1848 et le frère aîné du neurologue Joseph Babinski. Diplômé en tant qu’ingénieur civil des mines, il fut directeur d’une mine de zinc à La Grand-Combe (Gard) et travailla plus de 15 ans en Guyane et dans d’autres pays dans la prospection et l’exploitation des mines d’or. À partir du début du XXe siècle et jusqu’à sa mort, il vécut à Paris. Au cours de ses séjours à l’étranger, sa rencontre avec les cuisines de chaque pays éveille son intérêt pour l’art culinaire. En 1907, il publie sous le pseudonyme d’Ali-Bab sa Gastronomie pratique. Cet ouvrage contenait non seulement des recettes détaillées mais aussi des textes sur l’histoire de l’art culinaire, sur les aliments et les boissons utilisés. Le livre a été abondamment corrigée et augmentée par son auteur et ce lors de chaque nouvelle édition. Ce fut l’un des ouvrages de référence de la cuisine française au début du XXe siècle. Notre édition est la deuxième, la seule avec le portrait en couleur de l’auteur en frontispice ! Il est dans sa reliure d’origine en en basane « prune ». Ce livre faisait partie de la  Bibliothèque culinaire de Victor Michon, qui fut l’un des plus grands cuisiniers du début du XXe siècle. Aujourd’hui encore, le Prix Victor Michon fait partie des titres dont s’honorent beaucoup de chefs “étoilés”. Il fut le cuisinier de l’Ambassade d’Autriche – Hongrie, située à l’Hôtel Matignon à Paris au moment de la Première Guerre mondiale. Très RARE.  réf. Oberlé 274.  Très bon état; petites épidermures; petite déchirure, mais sans perte de papier, à la droite de la page de titre.                    750€